Gestion d’actifs de lignes de transport



TLAM

Même si beaucoup de grands réseaux de transports dans le monde ont été construits durant les années 1960 et 1970, à une époque de fort accroissement de la demande, certaines lignes de transport qui ont été construites au début du siècle dernier sont toujours en service.

L’industrie a continué de connaître des taux de croissance relativement élevés durant les années 1980 et a donc augmenté les installations de transport, année après année. Plutôt que de remettre à neuf une centrale détériorée, il était souvent plus économique de la remplacer par une augmentation de la capacité du réseau, des niveaux de tension plus élevés et une meilleure efficacité (en tirant avantage des économies d’échelle).

L’objectif du Groupe d’intérêt sur la Gestion d’actifs de lignes de transport (GIGALT) est de mettre en contact les différentes parties afin de promouvoir l’échange d’information relatives aux méthodes et techniques de gestion des actifs, et de faciliter la recherche visant à optimiser la gestion des actifs des lignes de transport (aériennes). Un axe de développement sera de prolonger la durée de vie des actifs existants ou de réaliser des mises à niveau suffisantes de ces actifs, retardant ou même éliminant ainsi le besoin de dépenses en immobilisation nécessaires à la mise en place de nouveaux réseaux de transport.

    Sujets et enjeux : 
     
  • Mise en œuvre d’un guide de gestion des actifs
  • Évaluation de l’état actuel des lignes de transport et de leur fiabilité, et méthodes de prévision de la durée de vie résiduelle des composantes
  • Évaluation des technologies et pratiques existantes
  • Méthodes d’évaluation des risques et analyse des décisions concernant le renforcement ou la remise à neuf des actifs, et programmes de prolongement de la vie utile des actifs
  • Méthodes et produits pour développer un usage optimal des lignes en service
  • Méthodes et outils pour optimiser l’entretien des lignes
  • Procédés de contrôle ou d’atténuation des contraintes environnementales et des catastrophes écologiques